Publié le 27 Septembre 2007

Un blog n'est pas un vrai blog si on n'y parle jamais d'internet. Non, pas l'internet au sens des sites intéressants à voir, mais internet: le système, le principe, la blogosphère, la communauté mondiale avec ses liens intercontinentaux qui nous rapprochent et nous font communier dans une joyeuse allégresse. L'internet au sens de la grande farandole que nous promettent les acteurs de l'e-économie et les business-man de la box communicante.

Le web 2.0, c'était enfin l'interactivité: finies les pages statiques nécessitant un doctorat en HTML pour pouvoir dire quelquechose. L'internaute 2.0 pouvait s'exprimer, transmettre ses passions, exprimer ses opinions, échanger, partager et se lier à l'ensemble de la communauté. Chacun devenait le tout et l'union irriguait chacun d'un souffle créateur. Une communion façon Woodstock, qui, comme les pantalons patt'd'ef, a passé de mode: les ambitions de pouvoir ont ressurgi de la nature humaine, le désir d'influence est devenu un marché, l'espoir de monétisation est omniprésent. Chasse aux visiteurs, référencement à outrance, GoogleAds entre les mots: le web 2.0 s'étouffe de s'être trop gavé.

Ce constat est d'actualité dans nombre de sites et blogs très aware, et un ménage viendra. Sous quelle forme ? On ne sait pas, c'est sans doute Google qui décidera. Mais il est quand même surprenant de tomber nez à nez avec des preuves de cet étouffement. Par exemple, prenons les digg-like: les sites où on balance une news avec un lien pour en faire profiter la communauté. On comparera ici Digg.com et Scoopeo.com, un anglophone et un francophone (cliquez sur les images pour accéder aux articles originaux).

L'idée de départ des digg-like est intéressante pour le lecteur car il voit des nouveautés et peut en faire profiter tout le monde. Par exemple, la saison 19 des Simpsons est annoncée sur Digg comme étant la suite du film:

simpsonus.jpg
Cette news a beaucoup de succès là-bas et un francophone la voit et décide d'en faire profiter ses camarades (en utilisant le même lien, cela va de soi):

simpsonfr.jpg
29 minutes après être devenue populaire aux US, elle était transmise en France: on va rarement plus vite en terme d'information.

De la même manière quelqu'un voit dans le top 10 de Digg un lien vers une simulation de ce à quoi ressemblera la Terre dans 250 millions d'années:

earth250us.jpg
Cette personne trouve cela surprenant et en fait profiter la communauté francophone, seulement 19 heures plus tard (c'était peut-être pas assez sexy):

earth250fr.jpg
Cette chaîne de transmission de l'information est tellement rapide, qu'une news devenue populaire sur Digg lundi à 1h40 peut apparaître sur un blog à 7h00 du matin, blog qui sera cité à 8h00 sur Scoopeo:

gigabyteus.jpggigabytefr.jpg
Bien sûr, toutes ces news sont forcément des trucs passionants, qui méritent qu'on les relaie au pas de charge pour que tout le monde en profite. Et comme elles sont populaires sur Digg, elles seront forcément populaires ailleurs ! Et c'est là qu'apparaissent les biais du web 2.0: "si une news est populaire sur Digg, j'ai intérêt à la mettre sur mon blog dès qu'elle apparait pour en faire un scoop sur un autre digg-like pour que ca me ramène plein de visiteurs".

Par exemple, cette vidéo immonde d'une présentatrice qui vomit en direct devient populaire sur Digg:

vomitus.jpg
Deux heures après elle est hébergée sur un blog, qui la propose sur Scoopeo: les visiteurs en tombent amoureux et votent intensément si bien qu'elle devient populaire en moins d'une heure:

vomitfr.jpg
Pourquoi ne pas proposer un lien direct vers la vidéo puisqu'elle est déjà en ligne ? Pour que les visiteurs aillent sur le blog et non sur le site qui hébergeait la vidéo à l'origine. C'est ce que certains appellent une politique éditoriale. Mais cet exemple n'est rien devant certaines dérives, qui frôlent visiblement le plagiat malsain. L'exemple est frappant et se passe de commentaires (cliquez sur les images pour accéder aux articles):

gmailus.jpggmailfr.jpg
4 heures pour faire une traduction parfois douteuse, réorganiser un peu l'ordre des 10 souhaits et changer les images sans jamais citer la source tout en parlant à la première personne: c'est très fort. C'est peut-être par-là que commencera le ménage du web 2.0: le respect de la propriété intellectuelle.

Essayez vous-mêmes: allez sur digg.com et sur scoopeo.com, chaque jour vous trouverez des news en doublon.

Rédigé par J...

Publié le 23 Septembre 2007

found-01.r1714.gifLe web 2.0, déjà critiqué il y a peu ici-même, a engendré le bookmarking social, qui au lieu d'être un lieu d'échange de liens intéressants a dévié vers une foire à l'autopromotion et au rabattage de visiteurs uniques. Espérons que Ffffound ne tombera pas aussi bas.

Qu'est-ce que FfffoundFfffound  est un site de bookmarking d'images: les utilisateurs y ajoutent des liens vers les photos intéressantes qu'ils trouvent sur le net.  Les autres utilisateurs qui aiment aussi cette image la bookmarkent, ils deviennent "followers". Et pour l'instant, ca marche très bien: la plupart des images qu'on y voit sont vraiment de belles images. C'est en fait une gigantesque galerie, qui vous propose pour chaque image que vous regardez une sélection d'images qui pourraient vous plaire. Et comme vous allez d'images qui vous plaisent en images qui vous plaisent, hé bien au bout d'un moment on a un peu l'impression de touner en rond. 




ffffound.jpg
Mais pourquoi Ffffound tomberait dans les biais classiques du web 2.0 ? Aujourd'hui, les images sont de très bonne qualité: de la photo d'art, du design et que des choses bien faites. Ca permet notamment de découvrir pas mal d'artistes comme Evgeny Kiselev qui est l'auteur de l'image ci-dessus. Mais si on se promène un peu, on remarque que certains utilisateurs ressortent des images bien connues et déjà vues moultes fois sur internet: la galerie de Rosylilly est pleine de mangas et de petits chatons mielleux, alors que Bole est plus branché design. On voit donc que ca peut dériver: un groupe d'utilisateurs peut remplir le site de liens vers les mêmes images qui font la détresse des digg-like aujourd'hui.

Pourquoi n'est-ce pas encore arrivé ? Les utilisateurs auraient-ils compris par eux-mêmes ? Ou y aurait-il un système de modération ? Non, rien de tout cela. Il n'y a pas de modération: on peut juste dire "j'aime cette image", on ne peut pas dire "cette image, c'est de la merde, elle n'a rien à foutre ici, bannissez celui qui l'a mise en lien". Il n'y a pas de tag non plus, et c'est peut-être un peu dommage. Il n'y a pas de classement des images les plus populaires ou les plus vues. Il y a juste que c'est une version "private beta", donc vous ne pouvez pas vous inscrire. Les utilisateurs actuels ont été choisis parce que ce sont des bloggeurs bien connus ou des graphistes avec pignon sur rue.

Mais nous alors dans cette histoire, qu'est-ce qu'on peut faire ? Pour l'instant on peut juste aller visiter la galerie et attendre l'ouverture au public. Et voir ensuite comment cette bonne idée peut perdurer ou s'écraser comme une vieille crêpe un jour de chandeleure trop arrosé. Afffffaire à suivre.

Rédigé par J...

Publié dans #général

Publié le 16 Septembre 2007

Vous avez l'impression d'avoir passé les vacances les plus pourries de toute votre vie ? En plus un de vos collègues de bureau est venu vous montrer la photo d'une de ses plongées dans la fosse des Marianes où il a sympathisé avec des méduses venues de l'espace ! Mais tout n'est pas perdu, redressez-vous et dites-vous qu'il y a bien pire ! Regardez plutôt cette photo prise lors du sauvetage in extremis d'un gamin qui avait dérivé vers le large dans son bateau gonflable alors qu'une très grosse tempête arrivait:


Oui, bon, si vous êtes habitué de ce blog, vous savez qu'il ne s'agissait pas d'un vrai sauvetage, ni d'un vrai gamin, ni d'un vrai bateau et surement pas d'une vraie tempête ! Certains se laisseraient avoir, mais pas vous !

En effet, il s'agit d'un montage (assez grossier finalement) que J... a encore réalisé pour Creationarena. Le thème, cette fois-ci, c'était "les vacances en milieu hostile". Et pour sortir des sentiers battus (scènes de camping extrême...), l'idée de départ consistait à représenter un enfant  pris dans une tempête alors qu'il fait du bateau gonflable. Pour rajouter un côté dramatique, on lui rajoutera un nounours, ce qui fait aussi référence à Peter Pan. Et voici les différentes étapes pour faire ce photomontage.

On récupère d'abord les images: un enfant qui fait du trampoline, un nounours et un bateau gonflable. Pour le fond, une seule image ne suffit pas, donc on prend plusieurs images de mer démontée, pour pouvoir construire des vagues cohérentes par rapport à l'action et un ciel suffisament méchant mais assez contrasté quand même.





Ensuite, créez une nouvelle image dans Gimp, suffisamment grande pour pouvoir travailler les détails. On commence par le fond, importez les images de vagues et le ciel. Placez-les en imaginant la scène finale: la vague qui va soulever le bateau, la déferlante au fond, les remous et les débris dans l'eau. Fixez l'horizon à environ deux tiers de la hauteur. Pour simplifier les choses, commencez déjà à effacer certaines parties d'images mais sans trop rogner quand même. On obtient ceci:


Maintenant on attaque le détourage précis des vagues. Il n'est pas idiot de faire des copies invisibles des calques, au cas où... Au passage, on efface le surfeur avec l'outil "barbouiller" en allant dans le sens des reflets sur l'eau. Le détourage du haut de la déferlante est particulièrement délicat, il faut y aller tout doux, avec des gommes douces de différentes tailles et différentes transparences. Sinon, pour le détourage des éclaboussures en haut des vagues, il est souvent utile d'intercaler un calque noir pour mieux voir ce qu'on fait. Après pas mal de manipulations, on obtient ceci:


Visiblement, les plans ne sont pas homogènes en couleurs et contrastes, et ne se démarquent pas assez du ciel. Donc il va falloir changer tout cela. Mais pour mieux se rendre compte, on peut tout de suite importer les élements principaux: le bateau, l'enfant et le nounours. Comme tout à l'heure, redimensionnez les objets pour qu'ils soient cohérents entre eux, tournez-les pour que toutes les lumières semblent venir d'en haut, placez-les dans l'image par rapport au fond et détourez-les finement.


Ensuite, vous pouvez faire une pause car le plus dur est encore à venir: les couleurs et les lumières. L'idée consiste à attirer l'oeil vers le nounours, donc il faudra désaturer le bateau qui est trop flashy. Il faut que la tempête fasse peur, donc le ciel doit être menaçant. Donc on assombrit le calque du ciel. Puis on joue avec les balances de couleur et les luminosité/contrastes des 3 calques de vagues pour que les tons se correspondent. On fait pareil avec le bateau, l'enfant et le nounours pour désaturer et raccorder légèrement les teintes.


Pour donner plus de mouvement à l'image, on va plier le bateau gonflable. Pour cela, on fait une copie du calque qu'on tourne et qu'on déplace un peu. Puis on efface certains morceaux pour que les deux parties donnent une impression de pliure. On joue un peu sur les contrastes d'un des calques pour accentuer la pliure, qu'on affinera plus tard.


Ensuite, on retouche un peu les constrastes, on assombrit légèrement l'écume en bas à droite qui était trop saturée, puis on crée des éclaboussures sur le bateau en effaçant doucement ce calque. On met un peu de flou cinétique radial sur les personnages, puis on en corrige les défauts à la main. On exagère les reflets et les ombres du bateau pour le rendre artificiel. Pareil pour l'enfant et le nounours. Enfin, on éclaircit certains morceaux d'écumes sur les vagues pour faire ressortir du relief. Et voila, on obtient la première image tout en haut de cet article ! Y'a plus qu'à poster sur Creationarena !


Et si vous voulez vous venger de votre ami qui sympathise avec des méduses, vous pouvez lui montrer le résultat en disant que vous avez vous-même fait le sauvetage. A vos risques et périls !

Rédigé par J...

Publié dans #général

Publié le 12 Septembre 2007

L'internet file-t-il un mauvais coton ? C'est un peu l'état d'esprit dans lequel se trouve J... en ce moment: des millions de blogs qui ne font que répéter ce qui se fait ailleurs sans rien apporter de neuf (sans citer leurs sources très souvent), de l'actu high-tech à ne plus savoir qu'en faire, des digg-like redondants à gogo, des flots de pub soi-disant ciblées et tout un tas d'autres bonnes raisons qui mériteraient d'en faire un article particulier: mais ce serait tomber dans le jeu malsain d'un internet qui se mord la queue et finit par s'en étouffer.

Mais malgré tout, on trouve par-ci par-là quelques moments simples et pourtant forts, des discussions pleines de sens. Voici par exemple quelques réactions parmi celles qui ont suivi la publication de cette image sur Creationarena:


Avant de lire les réactions, voici quelques infos. Tout d'abord, il s'agissait d'un concours composite dont le thème consistait à faire une image libre à partir de 6 photos imposées et uniquement ces photos. Les 6 photos sont visibles ici. Vraiment pas de quoi fouetter un chat. D'ailleurs, ce sont les mêmes photos qui ont servi à concevoir le chat Potté, déjà présenté dans cet article. Mais malgré tout, les participants ont eu de l'imagination: pour comparaison, toutes les images postées sont visibles ici.

Ce n'est pas le premier concours de ce type sur Creationarena et les premiers avaient toujours amené à des discussions sur le non-respect des contraintes par l'utilisation d'images supplémentaires. L'objectif de cette image consistait donc à respecter strictement la contrainte (aucun pixel extérieur aux 6 images proposées) tout en donnant l'impression que la contrainte était violée (l'ensemble ne ressemble en rien aux 6 images proposées). Et voici quelques réactions:

"Je ne comprend pas l'intérêt de cette image... Esthétiquement elle me déplaît beaucoup et elle ne me parle absolument pas. Elle me paraît juste incohérente avec le thème. Expliquez-moi."

"Je pense que c'est surtout un exercice de style, assez bien maîtrisé d'ailleurs... pour le côté artistique, c'est autre chose et je ne vois pas bien l'intérêt non plus."

"Pour la petite histoire: on a discuté de cette image en équipe de validation, d'aucuns ayant pensé que des éléments provenaient d'autres photos que des images-source proposées; mais ce n'est pas le cas, le thème et le défi sont bien respectés !"

"Moi j'aime beaucoup cette image. Ce côté fragmenté, morcelé... m'évoque pleins de trucs: un mal être intérieur, ça c'est le côté déplaisant mais fascinant ( je pense à une forme de psychose et à la difficulte de certains d'assembler pour être une seule personne ) ou plus positivement le fait que tout n'est qu'assemblage de molecules et (ou) d'atomes pour faire un tout.. la vie quoi... (suis ni psy ni scientifique d'ou la difficulté à expliquer ce ressenti). Et puis plus proche encore il y a une pub à la télé qui fait penser a ça: un truc de téléphonie avec des gens qui se morcelent. On devrait donc être habitué à ce genre d'image..."

"Cette image composite c'est le pied ! Tu vas de plus en plus loin dans les images que tu crées, je suis admirative."

Oui, bien sûr, vous direz que ce ne sont que des commentaires, mais c'est surprenant de voir à quel point une simple image sans prétention peut avoir un impact positif ou négatif sur des gens tout à fait normaux. En ce qui concerne le principe de construction, voici les grandes lignes: il s'agit d'un programme écrit avec Processing (voir l'article ici). Le programme mémorise les 6 images de référence et une septième (la joconde), puis va créer une huitième image à partir de tout cela. Pour chaque pixel de l'image 8, le code recherche parmi les 6 images celle dont le pixel a la couleur la plus proche du pixel correspondant dans l'image de la joconde. Une fois cette image trouvée, le pixel de cette image est recopié dans l'image huit. C'est ce qui donne le côté morcelé du visage de la joconde sur l'image finale.

Si on fait exactement cela pour tous les pixels, on obtient quelquechose de très proche avec la Joconde (ca marche beaucoup moins bien avec "La laitière"). Mais pour qu'on voit mieux les images d'origine, le programme prélève des pixels pour le centre et des bouts complets d'image pour le tour. Tous les pixels de l'image finale sont donc bien extraits des images d'origine. Aucun pixel de l'image 7 n'est prélevé, donc le défi est relevé. La joconde n'est qu'une source d'inspiration: la référence. D'où le titre de l'image d'ailleurs: "Omniprésence".

Et si vous voulez vraiment en savoir plus, le code est disponible ici.

Publié le 10 Septembre 2007

Vous avez passé des vacances horribles dans un camping sous la pluie et vous n'avez rien à raconter à vos amis, qui vous saoulent avec leurs soirées à Ibiza ? Montrez-leur donc plutôt cette photo de votre plongée à 8000 dans la fosse des Marianes où vous avez sympathisé avec des méduses rasta venues de l'espace.


Oui, bien sûr, il y a un problème vous n'êtes jamais allé là-bas, puis vous êtes plus doué(e) en plonge qu'en plongée... C'est pas grave, c'est tellement énorme qu'ils ne pourront que vous croire. Encore reste-t-il à faire un photomontage qui tienne la route, histoire qu'ils n'appellent pas l'hôpital psychiatrique tout de suite...

Alors comment faire ? L'idée consiste à construire un plongeur sous-marin (vous) sur la tête duquel se serait posé une grosse méduse rasta. Donc, il faut récupérer des photos de plongeurs, et de méduses, avec suffisament d'exemples pour pouvoir retranscrire les couleurs photoluminescentes de la méduse. Voici les photos utilisées pour l'image ci-dessus:

Un premier plongeur pour son sourire et son tuba (c'est quand même plus pratique à 8000 mètres):

Un autre plongeur dont on voit mieux les yeux et qui a surtout un masque terrible, façon grandes lunettes de mamies américaines:

Puis une médure, avec plein de dreadlocks (elle est à l'envers, mais ça, c'est pas grave !):

Ensuite, c'est simple, on lance Gimp, et c'est parti: on crée un nouveau fichier. On importe les deux images de plongeur et la méduse qui servira pour le bonnet. On place le plongeur au tuba qui sera la base du personnage car il sourit. L'autre a moins d'intérêt à cause du détendeur qui bouche tout. On détoure le masque du plongeur au détendeur et on le place devant le plongeur au tuba. Ensuite on multiplie le calque du plongeur au tuba par un calque d'un bleu issu du plongeur à détendeur pour que les bleus des deux images se correspondent. Enfin, on place la méduse principale (dont on sauve une copie dans un calque caché), grossièrement détourée pour voir l'intégration et on place un fond bleu dégradé pour avoir une vue d'ensemble. On obtient ceci:


Et là on voit que ca va être très difficile: les lumières ne vont pas ensemble, les qualités d'image non plus ! Après différents essais pour jouer avec les couleurs de la méduse, on voit qu'il est quasiment impossible de la transformer en source de lumière, sauf en inversant les couleurs. Donc on inverse les couleurs du calque (Filtres/couleurs/inverser les valeurs) et c'est beaucoup mieux. On modifie légèrement les tons pour revenir vers du bleu et on bidouille contraste et luminosité. Du coup, on change le fond pour des bleus beaucoup plus sombres et on détoure le plongeur pour enlever son fond bleu clair. On obtient:


Les étapes suivantes sont surement les plus pénibles. On duplique le calque de la méduse 3 fois pour faire le bonnet puis des dreads devant, à droite et à gauche du visage. Il y a beaucoup de détourage à faire pour intégrer les différents plans. On a alors ceci :


Ensuite, pour faire apparaitre les couleurs rouge-jaune-vert sur le bonnet, on introduit un calque neuf tout en haut de la pile, puis on peint sur le bonnet des formes des 3 couleurs, puis on passe le calque en mode "multiplier" en jouant aussi sur la transparence. Pour ajouter des déchets flottants sur le fond trop uni de l'image, on insère un nouveau calque derrière le plongeur, puis on lui applique le filtre Bruit/Jeter... on désature, on passe un flou gaussien de 5 pixels, on va jouer avec les seuils pour obtenir des points réguliers, puis on passe le calque en "multiplier", puis encore un flou gaussien de 2 pixels. Après, pour faire sortir de la lumière du bonnet, on essaie tout ce qu'on peut mais y'a rien qui marche donc on se rabat sur les filtres pré-définis: On insère un calque, avec un effet-de-lumière/éblouissement-gimp, un flare 102 vert qu'on centre sur le bonnet. On place ce calque devant le bonnet en mode "éclaircir seulement". On refait pareil en changeant la couleur de l'effet vers du jaune et on place le calque derrière le bonnet de la méduse.


Et c'est presque fini, ensuite il suffit d'éclaicir et d'assombrir par endroit pour reconstraster le visage, le masque et les tentacules en fonction des dernières lumières qu'on a ajoutées, et on obtient l'image finale (voir tout en haut du post).

Bon, le résultat n'est pas très convaincant, réfléchissez bien avant de la montrer à vos amis, vous risqueriez de les perdre ! Et si vous trouvez une meilleure solution pour faire jaillir la lumière de la méduse, mettez-donc un lien dans les commentaires.

Rédigé par J...

Publié dans #général

Publié le 7 Septembre 2007

ATTENTION: cet article est ancien, certains liens sont morts, mais il est compliqué de tout vérifier: si vous ne trouvez pas le tutoriel que vous cherchez, indiquez-le dans les commentaires et les liens correspondants seront mis à jour, ou de nouveaux tutoriels seront mis en ligne.

 

Vous aimeriez peut-être retoucher vos photos de vacances pour mettre un gros soleil au lieu d'un ciel pluvieux ou des palmiers sur la plage de Dunkerque ? Vous aimeriez bien faire du graphisme de temps en temps ? Vous feriez vous-mêmes vos cartes de voeux et vos invitations de mariage si vous pouviez... Mais vous ne savez pas le faire. Et vous ne savez pas utiliser Photoshop, c'est trop compliqué y'a des boutons partout, puis ca coute 1000 dollars, et vous ne voulez pas le cracker parce que vous respectez le droit des auteurs programmeurs. Puis le logiciel que vous avez eu avec votre APN, c'est trop d'la merde, ca vous fait un regard de veau mort quand vous voulez enlever des yeux rouges ! Alors n'attendez plus, passez à la puissance de Photoshop pour les gens normaux, sans passer par la case "Chuis trop qu'une merde, y'a plein de boutons" et sans payer 1000 dollars: Allez direct Rue de la Paix, passez à Gimp !

Gimp c'est quoi ? C'est le GNU Image Manipulation Programm: le logiciel d'image libre et gratuit. Gimp, c'est la puissance de Photoshop sans les procés-verbaux. Gimp, c'est toute la documentation que vous voulez, en ligne, gratuite dans toutes les langues que vous voulez. Gimp, c'est le logiciel qui va vous donner envie de faire de l'image: les yeux rouges, vous ne les enlèverez plus, c'est les cheveux que vous peindrez en vert. Les cartes de voeux, on vous appellera pour que vous les fassiez. Avec Gimp vous aurez plein de nouveaux amis, même des amis qui parlent tchéchène et guatémaltèque !

Mais bien sûr, ce beau rêve ne s'atteint pas en claquant des doigts. Alors voici tous les liens qui vont bien et qui vont vous permettre d'installer Gimp, de démarrer et de faire tout ce que vous aviez toujours voulu faire sans jamais oser le demander. Tous ces liens pointes vers des tutoriels, des documentations ou des articles qui vous expliqueront pas-à-pas comment devenir le plus grand manipulateur du monde (sinon de votre rue).

Tout d'abord, il faut télécharger The Gimp et l'installer. Ou alors vous pouvez directement suivre  le tutoriel 2 en 1: Téléchargement et installation. Ensuite, une petite introduction générale ne fera pas de mal.

Ensuite, avant d'attaquer tous les tutoriels qui vont suivre, il est toujours utile d'avoir à portée de main ou dans ses favoris quelques documentations complètes de référence. Alors voici une documentation complète "Débuter avec Gimp" de 141 pages (PDF 23 Mo) éditée par Aljacom. Comme Gimp est un logiciel libre, vous pouvez aussi télécharger la documentation offerte par la section arts plastiques de l'académie de Bordeaux, que vous pouvez aussi retrouver en ligne ici. Et dans le genre "doc en ligne super complète", il y a bien sur la référence sur Gimp.org.

Avec tout cela, vous êtes fin prêt pour attaquer les tutoriels. Et quoique vous bvouilez faire avec The Gimp, vous allez forcément trouver votre bonheur. Si vous ne trouvez pas, allez tout en bas, vous trouverez d'autres liens vers des sites spécialisés. Et si cela ne suffit pas, laissez un commentaire, et on verra ce qu'on peut faire. Allez c'est parti !

Utilisation de l'interface et manipulations de base
Une prise en main complète
Maîtriser l'interface
Jouer avec les calques
Les masques
Tous les outils en détails. Encore des détails ici.
Tout ce qu'il faut savoir sur le détourage
Comment créer une brosse
Utilisation du masque rapide
Redimensionner une photo
Apprendre à lire un histogramme

Retouches de photos
La retouche photo dans ses grandes lignes
Supprimer les yeux rouges
Effacer des défauts (tâches, fils électriques)
Corriger la balance des blancs
Corriger un contre-jour
5 façons différentes de convertir une image en noir et blanc
Convertir une photo couleur en noir et blanc (plus rapide, mais moins précis)
Recolorier un ciel
Eclairer un visage
Transformer une photo en peinture du moyen-age
Régler les contrastes. Un autre.
Garder une zone de couleur sur une image noir et blanc
Recolorier une image
Peindre sur un visage
Changer une couleur avec les courbes de couleur
Modifier la carte des couleurs
Faire péter les couleurs
Donner un effet cartoon à une photo
Donner un effet hollywoodien à une photo. Un autre.
Donner de la profondeur de champ à une photo (Effet Tilt-shift). Un autre.
Effet Pop art
Retoucher un portrait à la manière de Andrzej Dragan
Créer un effet Orton
Ajouter un effet "photo glacée"
Transformer une photo en dessin
Ajouter des effets de nuages numériques

Montage de photos
Mixer deux images
Changer un ciel
Créer un patchwork photographique
Transformer une voiture en minicar
Ajouter un tatouage

Dessin, effets et textures
Coloriser un dessin noir et blanc
Dessiner des flammes
Créer un éclair
Effet néon. Ou sabre laser !
Métal brossé
Fond rétro

Texte
Appliquer du flou cinétique à un texte

Créations d'objets
Créer un badge façon web 2.0
Dessiner un iPod
Dessiner un TuX (le petit manchot de Linux)
Dessiner un Tiny-TuX (le petit du petit manchot de Linux)


Le graphisme pour le web
Créer une interface web complète: Partie 1, Partie 2, Partie 3 et Partie 4.
Recadrer et alléger une photo pour internet
Créer des PNG transparents pour Internet Explorer
Créer des images cliquables
Ajouter une ombre portée sur une page web
Ajouter de la neige sur une page web
Créer un bouton glassy
Créer une barre version glassy ou Aqua. Un autre.
Créer une boule Aqua.
Créer un logo avec effet de réflexion. Un autre

Gimp et la programmation
Les script-Fu

Tutoriels sur presque tout mais en vidéo
La retouche photo de base
La chirurgie esthétique avec Gimp
Corriger la perspective d'une image avec Gimp
Nettoyer une image avec l'outil tampon
Immiter un noir et blanc Kodak TRI-X
Niveaux, balance des couleurs et tampon correcteur

Encore plus de tutoriels
350 tutoriels sur Gimp-fr
Un site bourré de ressources: l'abc du gimp
Infetech
WinGIMP
Godtemplates
Popolon
Imagimp
Lefinnois
Gatuto

Avec tout cela, vous n'avez plus d'excuses pour ne pas laisser tomber votre vieux Photoshop cracké !