Publié le 29 Mars 2009

Vive le recyclage ! Encore un article réchauffé puisque l'original date d'il y a 3 ans. Mais, comme pour la "Moisissure psychédélique", voici une nouvelle visualisation de ce à quoi peuvent ressembler des orbites de planètes autour d'une étoile double. Voici tout de suite la vidéo: les deux points noirs sont les deux étoiles et le trait représente la trajectoire d'une planète. Pour ceux que cela intéresse (spirographe, papillons, exoclimatologie...), toutes les explications sont en dessous de la vidéo:


Tout le monde sait à quoi ressemblent les orbites des planètes du système solaire: en gros, ce sont des cercles centrés sur le soleil. En fait ce sont des ellipses dont le soleil occupe un des foyers. Mais ca n'a aucun intérêt de faire cela avec Processing, puisqu'il suffit de deux punaises, un fil et un crayon pour tracer des ellipses.

Par contre, ça devient beaucoup plus intéressant s'il y a deux soleils, c'est-à-dire une étoile double. Si jamais il y a une planète qui tourne "autour", à quoi peut bien ressembler son orbite ? C'est ce que montre cette petite vidéo. Et la famille des orbites à deux étoiles est bien plus exotique que celle des ellipses.

Quelles formes d'orbites ?

D'un côté, c'est une toute petite famille puisque les orbites stables sont très rares: il faut beaucoup de simulations pour atteindre un truc qui tienne la route. La plupart du temps, la planète s'écrase sur une des étoiles ou passe tellement près de l'une d'elle qu'elle est ejectée du système pour un long périple dans l'espace intersidéral. Entre nous, il doit y avoir un sacré paquet de planètes errantes justes prêtes à nous tomber sur la gueule (pour imaginer le scénario, voir "Le dernier baiser du scorpion").

D'un autre côté, c'est une famille beaucoup plus grande que celle des orbites à 1 soleil, puisque cette famille contient au moins trois membres, alors que les orbites à 1 soleil ne sont que des ellipses. Ces trois membres sont:

- les orbites "spirographes" (vus dans la vidéo): ces orbites tournent autour des deux étoiles et la planète ne passe jamais entre les deux. Les figures qu'on obtient ressemblent généralement à un anneau ou aux figures qu'on peut tracer avec un spirographe. L'anneau est plus ou moins large et plus ou moins diffus. Parfois, la planète passe par tous les points de l'anneau. Parfois, elle ne passe que par certaines zones et on obtient des figures discrètes comme celle présentée ci-dessous. Malheureusement, ces orbites sont encore plus rares...

- les orbites "papillons" (vus dans la vidéo): ces orbites ont une forme de huit. A chaque révolution, la planète passe deux fois entre les étoiles: à l'aller et au retour. En fonction des masses des deux étoiles, le "huit" est plus ou moins déformé. Si les deux étoiles ont des masses semblables, le huit est symétrique. S'il y a une grosse différence de masse, la boucle autour de l'étoile la plus légère est plus petite.

- les "ellipses tournantes" (pas vues dans la vidéo): Cette catégorie n'est pas présentée ici parce qu'elle est plus difficile à représenter à cette échelle. Dans ce cas, la planète tourne très vite, tout prés d'une des étoiles et ne va jamais autour de l'autre. La trajectoire ressemble à une ellipse qui tourne autour de l'étoile.

Orbite spirographe discrète.

Quels climats sur ces planètes ?

Si la forme des orbites est parfois jolie, le plus drôle dans les orbites à deux soleils est le climat qui peut régner sur ces planètes hypothétiques. Dans le système solaire, la distance entre le soleil et la planète est presque toujour la même, si bien que la forme de l'orbite a peut d'effet. Pour info, les climats qu'on a sur Terre ne sont pas dus au fait que la planète se rapproche plus ou moins du Soleil, mais à l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre...

Sur une planète à 1 soleil avec une orbite très elliptique, il fait très très chaud pendant une courte partie de l'année (le passage près de l'étoile), et il fait froid, voire très froid, le reste du temps. Mais il y a des jours et des nuits et un seul soleil dans le ciel.

Sur une planète à 2 soleils à orbite "spirographe" qui passe loin des étoiles, une période de l'année est plutôt froide et l'autre plutôt chaude, mais pas de contraste dramatique. Il peut même y avoir deux périodes chaudes par an. Si l'étoile passe très près, l'été peut être court mais brûlant... Comme sur les autres planètes, il y a des jours et des nuits. Mais les nuits durent 12 heures en été et seulement 5 ou 6 heures en hiver. Mais surtout il y a deux alignements de soleil chaque année, parfois en été, parfois en hiver et parfois entre les deux...

Sur une planète à orbite "papillon", les saisons sont encore plus bizarres... Certaines années, il y a deux étés et deux hivers. Parfois, il n'y a ni été ni hiver... Par contre, les nuits sont courtes en général. Elles ne durent 12 heures que pendant quelques semaines par an, au moment de l'alignement des deux soleils. Elles durent souvent moins de 6 heures. Et il y a même deux périodes de l'année où il n'y a pas de nuit: quand le planète passe entre les étoiles. Ces jours-là, il est possible de voir un soleil se coucher à l'Ouest, alors que l'autre se lève à l'Est !

Mais il faudrait ajouter à cela tous les effets délirants de l'inclinaison de l'axe de rotation de la planète. Il y a surement des gens qui travaillent là-dessus. D'ailleurs, c'est assez bizarre, le domaine "exoclimatologie" ne donne aucune réponse sur Google. Comme quoi, vous venez peut-être de lire le premier article traitant d'un domaine promis à un brillant avenir: l'exoclimatologie. Pour preuve, le mot "exoclimatology" en anglais n'apparait que sur un site, assez métaphysique visiblement. Nyark !

Epilogue

Malgré tout, ne vous faites pas trop d'illusions, ce n'est pas demain que vous trinquerez pendant un double lever et coucher de soleils. Parce qu'en plus du voyage plutôt long, il faudrait trouver un système solaire où une telle orbite puisse exister. Car il y a un "Mais !". En effet, pour que ces orbites existent, il faut pouvoir trouver un référentiel dans lequel les deux étoiles sont fixes, et ca c'est compliqué. Ca doit être possible si les deux étoiles ont le même masse, mais ca ne doit pas arriver tous les jours. C'est dommage. Putain de physique !

Lien utile:

- l'applet en ligne qui permet de voir ces orbites se tracer.

Publié le 29 Mars 2009

Grand lancement officiel et en fanfare de la chaîne à J... sur Youtube.

Tout le web était réuni ce 28 mars pour participer à la grande fête donnée à l'occasion de l'ouverture de la chaine à J... sur Youtube. Le champagne a coulé à flots et certains claviers n'y ont pas survécu. Et le succès de cette chaine est complet, puisque les 25 vidéos originales et exclusives déjà offertes au public ont reçu 1 commentaire et ont été visualisées plus d'un milier de fois, le record allant à "La laitière massacrée".



D'ailleurs, voici le top 5 des vidéos:
1 - La laitière massacrée
2 - La Joconde effervescente
3 - La Joconde massacrée
4 - La laitière s'éclaircit
5 - La Joconde atomisée

Espérons que les dernières nouveautés telles que "Worms explosion", "Five lovely dancing hairy worms" et les attracteurs étranges connaîtront le même succès !

Rédigé par J...

Publié dans #général

Publié le 24 Mars 2009

Il y a 3 ans (Hoooo mon dieuuuu! ce blog a déjà trois ans ?), un article s'appelait déjà "Moisissure psychédélique", et c'était tellement intéressant qu'il est important de revenir dessus.

"Moisissure psychédélique" est un vieil applet Processing qui détourne un automate cellulaire. Voici le principe:

"En quelques mots, on peut dire que ce qui se trouve derrière toutes ces couleurs est un simple automate cellulaire: des petites bébêtes vivent, mangent, se déplacent, se reproduisent et meurent. Chaque nouvelle génération subit une légère mutation de couleur et vit sa vie. Ainsi, ce qu'on voit sur l'image ci-dessus, c'est que les zones qui ont la même couleur, sont en fait le terrain conquis par une seule famille de petites bébêtes. Certaines familles ont plus de chance que les autres et envahissent de très grands terrains, d'autres par contre disparaissent assez vite. C'est comme ça, c'est la vie."

A l'époque, on ne pouvait pas mettre les applets en ligne, maintenant, c'est peut-être possible, mais J... a la flême de chercher, c'est tellement mieux en vidéo. Donc voici ci-dessous ce que donne cet applet. Et pour les fanatiques de Processing, il est possible de voir la version en-ligne ici, et même le code Processing correspondant.

Publié le 17 Mars 2009


A trop traîner sur le web 2.0, on finit par se dire que c'est sans espoir, puisque tous les créatifs semblent avoir disparu: on ne voit plus que copies multiples, plagiats en série, réinterprétations schyzophréniques et détournements sociaux...

Mais ça n'a rien d'étonnant: tous les créatifs sont sur Codelab.fr !

Codelab est LE forum francophone consacré aux pratiques expérimentales de création d'image, de vidéo, de son et de musique qui utilisent des langages de programmation graphique, de programmation visuelle ou l'expérimentation électronique.

Et il y a du lourd (autant dans les thèmes abordés que dans les participants). Voici en vrac de quoi on y parle:
  • Processing: images, animations & interactions, etc.
  • Pure Data: programmation sonore et visuelle par patch + GEM pour la synthèse d'images temps réel
  • Max/MSP - Jitter: environnement visuel pour la programmation sonore, musicale et interactive + Jitter, pour la manipulation video et 3D
  • Chuck: langage de synthèse / analyse sonore et musicale
  • VVVV: vidéo en temps réel, animation
  • SuperCollider: langage de synthèse sonore et composition musical
  • Livecode: code = instrument
  • Gephex: logiciel modulaire de synthèse vidéo
  • Moduleft: synthés modulaires, reaktor, VST, etc.
Sans oublier le Hardware:
  • interaction, instruments, interfaces, installations & bricolage électronique
  • Tables réactives + Multi-Touch
  • Circuit-Bending: court-circuits et expériences sonores
  • Arduino
Ca a l'air tout nouveau, mais ca représente déjà quelques centaines de discussions, et vues les réponses qu'on y trouve: c'est clair qu'il y a des spécialistes derrrière.

Longue vie à Codelab !

Publié le 16 Mars 2009

Il y a deux ans, J... sortait un premier article sur un applet Processing qui simule des tremblements de terre grâce à un automate cellulaire: l'article complet est ici.
Aujourd'hui, voici la vidéo de ce que donne cet applet. Pour les plus intéressés, notamment ceux qui voudraient voir le code Processing ou la version en ligne de l'applet, il suffit de suivre ce lien.

Voici la vidéo:

Publié le 13 Mars 2009

La trame qu'utlisent les imprimeurs pour imprimer des photos est composée de trois couleurs primaires et de noir. Les 3 couleurs sont le cyan, le magenta et le jaune, des couleurs très web 2.0 soit dit en passant: est-ce un raccourci de dire donc que le web 2.0 est primaire ? Mais passons...
Chaque image imprimée est donc composée des 4 matrices de petits points superposées et vues de loin, cette superposition donne l'illusion de toutes les autres couleurs. Si vous ne le croyez pas, il vous suffit de regarder un magazine avec une loupe et vous les verrez. Un vrai magazine, sur papier. Pas un e-magazine sur votre écran, car vous y verriez d'autres petits points, rouge, vert et bleu ceux-là et vous diriez: Mais il dit n'importe quoi, c'est pas les mêmes couleurs. Mais si vous en arrivez là, arrêtez de lire tout de suite: vous êtes trop 2.0 pour la suite.
Voilà, c'était donc le principe de la trame des imprimeurs. Et voici ci-dessous une vidéo avec 36 séquences de variations autour de ce principe.



PS: ne regardez pas votre écran de trop près, cette vidéo peut rendre malade.
PS: désolé pour la musique, elle peut aussi rendre malade par moments.

Publié le 4 Mars 2009

Voilaaaaaa, c'est finiiiiiiiiiii...

Voici le dernier épisode des petites vidéos sur le thème des serpents: "Worms explosion". Et voici le pitch:

"Créé par un anonyme, "Worms explosion" est la rencontre improbable entre les grandes lois de la physique des particules et les petites joies du jardinage. Issu d'un Large Lombric Collider, les personnages principaux de ce short aux forts accents avant-gardistes expriment à la fois la solitude de l'électron libre et l'ébullition d'un monde au bord de l'apocalypse. C'est un peu l'allégorie d'une trop forte influence des réseaux sociaux et des mirages du Web 2.0. Marqué par une technique minimaliste mais pointilleuse, "Worms explosion" est déjà annoncé comme un outsider dans plusieurs festivals du film, où il pourrait bien créer la surprise. Ou pas."

Mais mieux vaut voir le film:



Voir aussi:
- "Five dancing lovely hairy worms" du même auteur.
- et le making-of.