Revue de presse d'une semaine d'actualité environnementale: ca fait peur.

Publié le 24 Février 2008

Ce n'est pas parce que les frasques et péripéties de l'omniprésident Bling-Bling, que ce soit vu depuis Madrid ou au salon de l'agriculture, monopolisent l'attention des médias (tout du moins ceux qui ne sont pas contrôlés par ses "frères"), que la Terre a arrêté de tourner. Prenons par exemple un sujet qui lui est cher, enfin qui lui était cher pendant la campagne électorale, et qui a valu la création d'un super-ministère et d'un grenelle spécial: le développement durable. Vaste sujet, donc vaste programme. On pourrait s'attendre à une pluie d'informations sur de nouvelles politiques, des actions, des trucs qui feraient avancer le schmilblick, mais au final on a juste l'impression qu'il ne s'est pas passé grand chose.

Pas grand chose, ce n'est pas vrai: le site du super-ministère se félicite aujourd'hui de l'accord interprofessionnel relatif à la "résorption de stocks historiques de pneumatiques usagés en France": 80 000 tonnes de pneus usagés vont être brûlés, parce que c'est une "option intéressante", qui représente une "source d'énergie potentielle intéressante" et une "valeur commerciale exploitable". Le site du ministère conlut "Rendez-vous dans 6 ans !".

En même temps, le Programme des Nations-Unies pour l'Environnement (PNUE) vient de publier un rapport (version anglaise disponible ici), qui conclut que les changements climatiques interviennent plus vite et plus fortement que prévu et fait état d'une "menace multiforme et croissante". Par exemple, les grands glaciers du plateau tibétain ont diminué de 7% (soit la surface d'un département français), avec pour conséquence une hausse de 5,5% des écoulements d'eau dans l'ouest de la Chine. C'est mauvais pour les vacances au ski du Dalai Lama, mais c'est bon pour les barrages et l'énergie hydraulique... Ce rapport baptise d'ailleurs "crise d'extinction mondiale" le déclin de la biodiversité en s'appuyant sur les 16000 espèces en danger. Globalement, le rapport est pessimiste et on peut au moins citer l'acidification des océans, qui menace l'écosystème des récifs coraliens et les moules de Bouchot, et les ouragans majeurs, dont l'augmentation de fréquence est significative. Mais tout n'est pas perdu, le président du PNUE trouve encourageants les miliards de dollars qui sont investis dans les énergies renouvelables.

Puisque ce rapport d'activités se base sur l'information de l'année 2007, voyons ce qu'il s'est passé pendant une seule semaine: globalement, ca fait peur.

Carbone et gaz à effet de serre

Biocarburants: l'allemagne se méfie

Si le discours politique officiel nous vante les mérites des biocarburants qui rejettent moins de CO2 que les carburants classiques et présentent en plus l'intêret de ne pas extraire de carbone fossile, ils oublient parfois que ces biocarburants sont issus de l'agriculture, qui représente déjà 12.5 % des émissions de CO2: il faut du carburant pour faire avancer le tracteur qui produit du biocarburant... Et si le tracteur a besoin de plus de carburant qu'il ne peut en produire: le "coût carbone" du biocarburant est déficitaire et les émissions augmentent alors qu'on voulait les réduire... Le problème c'est que les spécialiste ne sont pas d'accord sur ce coût carbone: plusieurs études internationales donnent des estimations différentes. On n'est donc pas sûr que les biocarburants soient si "bio" que cela.

Et l'Allemagne n'a pas envie de foncer dans le mur: puisque la commision européenne a décidé (sans imposer de critère sur le coût carbone) que les biocarburants devraient représenter 10 % des carburants en 2010, l'allemagne a décidé de prendre le temps de réfléchir aux biocarburants qu'elle autorisera: ils devront être 30 % moins polluants que les carburants actuels.

5 pays vers la "neutralité carbone"

Le Costa Rica, l'Islande, Monaco, la Nouvelle-Zélande et la Norvège s'engagent à orienter leur économie vers une "neutralité carbone" en réduisant fortement leurs émissions de CO2. La part d'émission carbonique qu'ils ne pourront pas supprimer sera compensée par le financement de nouvelles forêts pour favoriser la séquestration du CO2. Le Costa Rica s'est engagé à devenir "climatiquement neutre" d'ici 2021. L'Islande a élaboré un plan pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 75% d'ici 2050. Monaco, qui a déjà l'un des taux de production de CO2 les plus faibles de la planète, s'engage à les réduire de 60% en 2050. La Norvège veut devenir climatiquement neutre en 2030. Enfin, la Nouvelle-Zélande enfin s'est engagée à produire 90% de son électricité à partir de sources d'énergie renouvelables d'ici 2025 et à réduire de 50% les émissions générées par le secteur du transport d'ici 2040, en introduisant des voitures électriques et l'obligation d'utiliser des biocarburants. Tiens, c'est marrant, encore des biocarburants !

Emissions de CO2 des avions commerciaux

Il y a actuellement 16.000 avions commerciaux en activité dans le monde. Et ils émettent chaque année presque autant de dioxyde de carbone que toutes les activités humaines en Afrique, soit 600 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an. Ce n'est rien, seulement 3 % des émissions mondiales. Mais le secteur est en croissance rapide et ce ne sont pas les 97 nouveaux aéroports prévus en Chine d'ici 2020 qui vont faire baisser les chiffres.


Energies renouvelables

Centrale solaire en Arizona

On dit souvent que les Américains sont les plus gros pollueurs (ce qui reste vrai) et nos politiques s'enorgueuillissent volontiers d'être les porte-drapeaux du développement durable. Il semblerait qu'on ait tout faux: s'il leur a fallu du temps pour prendre en main les problèmes environnementaux, il semblerait que leur puissance de frappe leur permette de rattraper assez vite leur retard. C'est ainsi que l'Arizona ve s'équiper de la plus grande centrale solaire du monde. D'une puissance de 280 mégawatts (MW), elle alimentera dès 2011 l'équivalent de 70.000 foyers en électricité. Tout n'est pas perdu, c'est un groupe espagnol de BTP qui va la construire...


Rechauffement climatique

Glaciers des Alpes

Le Dalai Lama ne pourra pas non plus faire de ski dans les Alpes: les glaciers ont perdu environ la moitié de leur volume total entre 1850 et 1975 puis 25% supplémentaire du volume restant entre 1975 et 2000 et encore 10 à 15% de ce qu'il en restait entre 2.000 et 2.005. En 115 ans, ils ont perdu 70 % de leur volume...


Ressources naturelles et biodiversité

Poissons

Le rapport du PNUE cité précédemment s'inquiète des stocks de poissons, qui risquent de s'effondrer à cause des changements climatiques, de la surpêche et de la pollution océanique. Ce ne serait pas grave si on pouvait manger autre chose, mais 2.6 milliards d'humains dépendent du poisson comme source de protéines...

Abeilles

Les apiculteurs le savent: les populations d'abeilles ont baissé de 30 à 40 %. Or les abeilles sont utiles pour la polénisation, donc la reproduction de nombre d'espèces végétales. Donc, sans abeilles, pas de fruits, pas de légumes. Et la cause de cette disparition est probablement liée aux insecticides utilisés pour les cultures. Donc les apiculteurs demandent l'interdiction d'un insecticide "tueur d'abeilles"... Mais le ministre de l'agriculture l'autorise et promet des mesures de suivi et de surveillance. C'est bizarre mais parfois, le "principe de précaution" n'a pas l'air d'être aussi fondamental qu'on veut bien nous le dire.

Gorilles

La dépêche de Reuters dit "L'Ouganda, le Rwanda et le Congo ont lancé un effort conjoint pour protéger les gorilles de montagne menacés d'extinction dans la jungle située aux confins des trois pays d'Afrique centrale." L'objectif est louable, il resterait moins de 720 gorilles dans les collines de Virunga. et ces gorilles sont "une source de revenus non négligeable grâce aux touristes qui paient jusqu'à 500 dollars par jour le droit de les observer." Puis on apprend que "Les quatre premières années de financement du plan, soit 4,1 millions d'euros, seront versées par le gouvernement des Pays-Bas." Et on se demande si cet effort conjoint permettra d'enrayer le braconnage...

Eléphants

Au Congo, le nombre d'éléphants a triplé depuis 1980. Ha, enfin une bonne nouvelle ! Au moins, quand on ne pourra plus manger de poissons puisqu'ils vont disparaître, et qu'ils n'y aura plus de fruits parce qu'il n'y aura plus d'abeilles, on pourra manger des éléphants... C'est surement une bonne source de protéines les éléphants ?


Tout le reste

Faire la revue détaillée de l'actualité environnementale est trop affligeant pour aller dans le détail, alors voici en bref ce qu'il s'est passé d'autre:

- vague de froid inhabituelle en Chine: 129 morts, 4 disparus, 1.7 million de personnes déplacées, 485000 habiotations endommagées, 21 miliards de dollars de pertes économiques.

- inondations au Philippines: 26 morts, 9 disparus, 300 000 sinistrés, 22 millions de dollars de dégats.

- cyclone à Madagascar: 29 morts, 70 000 sinistrés, 18000 hectares de rizières inondées.

- affaire des déchets d'abidjan: l'affréteur du cargo qui avait déchargé des déchets toxiques en 2006 en Côte d'Ivoire (faisant 16 morts et intoxiquant 100 000 personnes), le capitaine, la ville d'Amsterdam et une société de retraitement de déchets sont assignés à comparaître fin juin à La Haye.

- Borloo reste au ministère: L'astrophysicien Hubert Reeves s'inquiétait de ce qu'il pourrait arriver à Jean-Louis Borloo en cas de remaniement ministériel. M. Sarkozy lui a confirmé que M. Borloo restera ministre de l'Ecologie (tant pis pour ses ambitions personnelles...). Malgré tout, Hubert Reeves semble plutôt inquiet: il a déclaré "J'ai bon espoir, ce n'était pas simplement des promesses électorales. Ca a l'air de se mettre en marche"...

- Péage urbain à Londres: "Le constructeur de voitures de luxe Porsche a menacé mardi de contester en justice la décision par la municipalité de Londres de tripler la taxe de circulation en centre-ville pour les véhicules les plus polluants." On ne sait pas ce qu'en a pensé Trabant...

- Marais Poitevin: ses protecteurs veulent le protéger mais le ministre Jean-Louis Borloo a rejeté le projet de charte du Parc qui lui était soumis, au motif de son "extrême fragilité juridique, à même de compromettre la viabilité du futur Parc".

- Nouveau musée de l'environnement à Rio: il y a une nouveau musée de l'environnement à Rio, super !

Rédigé par J...

Publié dans #général

Commenter cet article