Tom Lauerman: la tête dans les nuages

Publié le 9 Avril 2008

Après le "Cloud" de Troika, voici un autre artiste qui a aussi la tête dans les nuages et qui porte un nom qu'il serait bon de retenir: Tom Lauerman. Car le jour où il traversera l'atlantique, on vous parlera forcément de lui. Et vous, vous pourrez dire que vous connaissez déjà son travail...

Tom Lauerman est un céramiste, non seulement par sa formation à la "Pilchuck Glass School" de Stanwood et à la "Cranbrook academy of Art" de Bloomfield Hills, mais aussi par son métier puisqu'il enseigne actuellement à l'école d'art de Chicago. Mais bien sûr, il ne faut pas confondre "céramique" et "poterie": Tom Lauerman ne fait pas (que) des pots de fleurs, des cendriers pour la fête des pères et des accessoires de cuisine ou de salle de bains, il fait aussi des nuages !

Tom Lauerman dans son atelier

Si certaines de ses sculptures font penser aux Nanas de Niki de Saint-Phalle qu'on aurait passées à la Javel, la démarche de Tom Lauerman est complètement différente: il cherche à donner une forme tangible à des choses qui n'ont pas de forme précise comme un groupe de nuages ou un son qui se propage. Il tente de figer des événements éphémères, qu'on voit sans vraiment les remarquer. Parmi ces travaux les plus récents, on trouve une série de sculptures sur les nuages:


"Cumulus Fractus"

Et le résultat est là. Qu'elles soient pleines ou perforées, ses céramiques massives inspirent tout le contraire de la loudeur. Elles sont légères, cotonneuses, paisibles et volatiles. La dureté du matériau laqué devient douceur et fragilité: pas la fragilité du verre qui casse, mais plutôt la fragilité de l'instant qui passe, la vulnérabilité. Comme Jennifer Maestre qui veut nous faire caresser des oursins, Tom Lauerman nous fait toucher l'insaisissable.

Mais parfois, il change totalement d'approche, et part d'un élément d'architecture comme une façade, un pont ou un escalier de secours pour en faire ressortir cette âme qu'on ne voit plus à force de trop la croiser. Pour en (sa)voir plus, le mieux est de suivre les liens ci-dessous. Mais une chose est sûre, rappelez-vous de son nom pour le jour où on vous en parlera. Le problème, c'est qu'il n'a pas encore prévu d'exposer en Europe, donc si vous tenez une galerie, invitez-le !

Liens utiles:
- sa page au sein du collectif "Telegraph"
- le blog du collectif "Telegraph"
- sa galerie Flickr

Rédigé par J...

Publié dans #Who's who in bidouille ?

Commenter cet article