Le "sixième sens" et ses conséquences sur nos sociétés (épisode 1).

Publié le 12 Septembre 2009

Si vous n'avez jamais entendu parler du système "sixième sens" en développement actuellement au Medialab du MIT, il faut tout d'abord que vous regardiez cette vidéo. C'est vrai qu'elle est en anglais, mais le visionnage peut vous suffire à comprendre en quoi le système consiste, si vous ne parlez pas anglais.

La conférence est présentée par Patti Maes du MIT.
Le système "sixième sens" a été conçu par Pranav Mistry, étudiant au MIT.

Aussi fascinant que ce système puisse paraître, ses implications sont énormes. Ce système va bien au-delà d'un simple GPS ou d'un guide commercial qui vous facilite la navigation dans les supermarchés. Quelles pourraient bien être les étapes d'une évolution pessimiste de la démocratisation de ce système ? Voici un scénario réaliste digne de vos pires cauchemars.

Dans un premier temps, c'est une source d'informations. Le système vous fournit toutes les informations nécessaires à une prise de décision argumentée, ou tout du moins susceptible d'être argumentée. Par exemple:
- Quelle est la bonne direction à prendre ?
- Quelle est la carte de ce restaurant ? Quels sont ses tarifs ?
- Où puis-je trouver un Velib ?
- A quelle heure part le prochain train ?
- Ai-je encore des oeufs dans mon frigo (si vous avez le forfait Smart'fridge) ?
- Où Michael Jackson fait-il son prochain concert ?
- Ce papier toilette est-il plus doux que l'autre ?
- Ces haricots verts en boite sont-ils plus verts que ceux-là ?
- Ces chips légères sont-elles plus légères que celles-ci ?

A ce premier niveau d'utilisation, le "sixième sens" fournit des informations. Ces informations peuvent être factuelles, comme une direction, une carte, un tarif: un fait, une réalité indéniable. Mais elles peuvent également être indicatives comme la douceur d'un papier toilette, la légèreté d'une chips, le goût d'un produit, l'effet liftant d'une crême de jour ou la pertinence médicale d'un alicament.

Et voici le premier basculement du système: son exploitation commerciale se confond avec son intérêt informatif. L'information factuelle (indéniable) est fusionnée avec l'infomercial: le truc qu'on vous dit que c'est vrai et que vous n'avez aucun moyen de vérifier mais que si vous le croyez parce qu'on vous le dit, bah vous allez le croire parce que visiblement c'est bien pour vous et puis c'est forcément bien puisqu'on vous le dit:
- Ce papier toilette est-il plus doux que l'autre ?
- Ces haricots verts en boite sont-ils plus verts que ceux-là ?
- Ces chips légères sont-elles plus légères que celles-ci ?
- Faut-il faire le plein chez Toxon ou chez Extal ?
- Faut-il boire Peca-cola ou Capsi ?
- Combien d'utilisateurs d'Amazon ont bien aimé ce livre ?
- Cette caisse de supermarché est-elle plus rapide que l'autre ?
- Quelle est la critique de ce film sur moncinemaestmieuxsqueletien.com ?
- Ce supermarché est-il vraiment mieux que celui où j'allais avant ?
- Cette caissière est-elle mieux que sa collègue ?
- Quelles est sa note sur touteslescaissieres.com ?
- Cette personne a-t-elle un profil Facebook ?
- Cette personne, qui semble me connaître, fait-elle partie de mes contacts ?
- Cette personne est-elle sur ma liste noire ?
- Que pense cette personne du dernier album des Toxico Motel ?
- Cette personne me fait-elle perdre mon temps ou peut-on finir dans des plumes ?

Et voici le deuxième basculement du système: l'information produit (avec tous les doutes qu'elle peut convoyer) devient une information sur l'humain. Pas l'humain avec un grand H. Non, juste celui (ou celle) qui est en face de vous et que vous ne connaissez pas encore suffisamment puisque vous n'êtes pas sûr de l'avoir rencontré auparavant. Ou même si vous l'avez déjà rencontré, vous n'êtes pas totalement sûr(e) de savoir qui c'est. Puis vous aimeriez bien en savoir plus, sans avoir l'honnêteté de le demander directement. C'est tellement plus simple d'avoir un "sixième sens" sur soi. D'ailleurs, vous ne vous en séparez plus depuis que vous l'avez: c'est vrai que ce papier toilette est beaucoup plus doux que le précédent et que vous perdez beaucoup moins de temps en caisse grâce à touteslescaissieres.com... Vous avez enfin un outil qui vous simplifie la vie.

A suivre...

Rédigé par J...

Publié dans #général

Commenter cet article

isabelle 27/09/2009 23:54


J'avoue que je ne pensais pas que mon message susciterait une réponse aussi cassante. Pourtant il ne se voulait ni polémique ni psycho-philosophique à deux balles.
J, vous faites erreur sur toute la ligne et votre "6eme sens" vous fait défaut ! Je ne suis pas celle que vous croyez et vous vous emprisonnez dans votre propre toile (le mot n'est pas inopportun)
à confondre réalité et fiction.
A cet égard, votre site est très intéressant et il y aurait beaucoup de choses à dire, mais ce n'est pas le lieu pour le faire.
Continuez, très sincèrement.
I.


une simple lectrice de passage 19/09/2009 18:53

Je suis tombée par hasard sur cette vidéo au cours de mes recherches sur le 6eme sens. Impressionnant !
Mais quand on y pense on y est déjà, non ? Qui ne consulte pas internet pour un oui ou pour un non, pour une information et sera influencé par l'info qu'il aura trouvé sur le web ? Demain s'il ne fait pas beau je n'irai pas chez Stéphanie en vélo. J'ai lu une mauvaise critique de ce bouquin et ne l'achèterai pas, etc. Fini l'improvisation, on cherche le savoir , chacun veut être capable de prédire l'avenir, ne pas perdre de temps et piloter sa trajectoire idéale sans faire de rencontre imprévue, sans faire d'essai et d'erreurs ! Et quand on n'a pas internet, on n'est plus rien, nu sans défense (J, ne suis-je rien si je n'ai pas mon blog ?)
Mais avec ce système, la puissance internet d'un I-Phone est encore multipliée par je ne sais pas combien. Ce qui est cynique c'est appeler ce système "6eme sens" . Le savoir c'est le pouvoir. Une grande illusion d'internet. Avons nous réellement plus de pouvoir parce que nous voyons certaines choses sur le web, que nous n'aurions pas connues sans lui ?
Je suis loin d'en être sûre, car je vois, je sais mais je n'(réa)agit pas pour autant ...
Isabelle, une simple lectrice de passage

J... 26/09/2009 03:02


Chère sixième lectrice de ce début de divagation sciento-fictive,

Tout d'abord, merci à toi de t'être si bien identifée à la victime même du système. Comment faire mieux que de justifier systématiquement quelque chose qui n'existe pas pour se sentir encore plus
esclave des effets qu'il n'est pas susceptible de produire ?
Comment confondre l'information et la recherche de connaissanceS ? (la majuscule n'est pas inopportune)
Comment choisir entre flash météo et développement durable ?
Comment choisir entre opinion personnelle et marketing de terrain ?
Comment ne pas faire d'erreurs si on ne fait pas d'essais ?
Comment ne pas réussir si on ne fait pas d'essais ?
"Ne suis-je rien si je n'ai pas mon blog ?": Demande à Freud ce qu'il en pense. C'est ton problème.
La puissance d'un i-phone est une fumisterie.
Le "sixième sens" est une réalité. C'est pour cela qu'on lui met des guillemets.
"Le savoir, c'est le pouvoir" ferait un bon sujet de philo au bac, mais sur internet, ca vaut queue'd'chie.
Le web d'aujourd'hui (2009) est sans point commun avec le "sixième sens". Enfin pas plus qu'entre les pterodactyles et les moineaux.
Ne pas être sûre, voir et ne pas réagir, c'est déjà être cliente. Soumise ?
Provoquer, c'est un choix: la décision d'être en opposition avec une proposition.
Accepter, c'est un choix: la décision d'être en accord avec une proposition.

J... a décidé de refuser (ca lui passera).

PS: "simple lectrice de passage" a quelque chose de contradictoire: une simple lectrice de passage ne laisse pas 15 lignes de commentaires. Une simple lectrice non plus, d'ailleurs. Et "de passage"
encore moins.

Bon anniversaire quand même ?