C'est beau Kyoto, la nuit.

Publié le 5 Avril 2010

Ca y est, notre petite escapade à Kyoto tire à sa fin, demain nous partirons pour Tokyo. Mais avant de partir, refaisons donc un dernier tour de la ville, mais cette fois, de nuit. Ca vaut aussi le détour. Ne vous attendez pas à des monuments historiques éclairés de toute leur splendeur: vous ne verrez rien de tout ça, juste des rues, la vie de tous les jours, la ville telle que les Kyotoïtes la vivent.

Tout d'abord, commençons par un endroit que vous connaissez déjà si vous avez suivi les escapades précédentes: il s'agit de Shijo Dori, le grand boulevard au nom trop facile à retenir qui passait juste à côté de l'hôtel. Cette première photo vous montre Shijo Dori de l'angle avec Nishijo Dori. Derrière vous, il y a un MacDo, et au deuxième étage une librairie qui ne vend pas que des mangas. Si vous regardez bien la photo, vous allez retrouver un condensé de notre périple:

- au premier plan, des vélos...

- tout à droite et tout à gauche, des poteaux électriques avec leurs fils et leurs transformateurs...

- mais surtout, en plein milieu, à l'arrière plan, visible entre la voiture blanche et le taxi jaune (à porte automatique, on n'en a pas parlé), éclairée par deux projecteurs qui semblent former un V, il y a une boulangerie. Que dis-je, LA boulangerie, devant laquelle s'est terminée notre excursion dans les ruelles de Kyoto sur Google Street.

 

shijo dori

Une autre étrangeté dont on n'a pas eu le temps de parler, ce sont les salles de pachinko. La deuxième photo ci-dessous en montre justement une: le LUCKY ! On est toujours au même endroit sur Shijo Dori, d'ailleurs vous reconnaissez la boulangerie en bas à droite. Donc, revenons-en au pachinko. Comme Wikipedia l'explique si bien, le pachinko est un jeu qui ressemble à une machine à sou où des billes métalliques tombent à travers plein d'obstacles qui déclenchent des mini-jackpots qui vous font gagner des billes. Ce n'est pas un jeu d'argent, puisque vous pouvez seulement gagner des lots. Apparemment, un japonais sur 4 y joue régulièrement. Ce n'est pas surprenant vu qu'il y a des salles de pachinko partout en ville et qu'elles comptent des dizaines de machines.

Par contre, ce que Wikipedia ne dit pas, c'est le volume sonore qui règne dans ces salles: c'est l'enfer ! Imaginez des millions de billes tombant en même temps sur des clous métalliques et rebondissant de clous en clous sans arrêt. Ajoutez à cela la musique que fait chaque machine avec ses bip-bip, ses pinpons et autres turlututus et vous pouvez vous faire une petite idée de la cacophonie ambiante. Le niveau sonore frôle très probablement les 110 ou 120 décibels. Si vous n'êtes pas habitué ou sourd, vous risquez vraiment de devenir fou dans ces salles: c'est réellement oppressant ! Tout bon touriste se doit d'aller y faire un tour et d'en ressortir aussitôt de peur d'y laisser un tympan.

 

pachinko boulangerie

 

Comme le montre la photo ci-dessous, les petites rues de Kyoto restent agitées jusque tard le soir. Dans tous les petits quartiers, on peut trouver des épiceries 24/24 qui vendent tout ce qui se mange, se boit, se lit, se regarde, s'écoute et se fume.

 

petiite rue

 

Et forcément au détour d'une de ces ruelles on retrouve un magasin de mangas où il est conseillé aux touristes délicats de ne pas s'aventurer dans les étages si les indications ne sont pas assez claires au pied des escalators...

 

librairie manga

 

Pour finir cette dernière déambulation Kyotoïte, voici une dernière vue de nuit prise de la chambre d'hôtel. Il est tard le soir, les épiceries sont encore ouvertes, les voitures circulent sur Shijo Dori, les climatiseurs de la tour d'en face tournent à plein régime: ils servent sans doute à maintenir au frais la collection d'alcool que le locataire du septième étage exhibe à sa fenêtre... A bientôt, Kyoto !

 

vue hotel

Rédigé par J...

Publié dans #général

Commenter cet article