Le manga au Japon: subtile mélange des genres.

Publié le 28 Mars 2010

Le Japon est rempli de particularités et d'idiosyncrasies qui le rendent intéressant ou déconcertant. Face à la culture américaine dont il s'est imprégné au fil des décennies, le Japon a conservé son caractère unique et a même décidé pour le 21ème siècle de cultiver encore plus ces particularités. Et pour cela, le Japon mise (entre autres) sur les mangas. Inutile de faire un cours sur les mangas, il y a sufisamment de ressources sur internet pour vous mettre à jour si vous ne savez pas ce que c'est.

Par contre, ce qui est impressionnant au Japon, c'est que les mangas ne sont pas juste des BD ou des romans illustrés. Ils occupent une place beaucoup plus importante dans la culture. En Europe, les jeunes lisent des mangas. Au Japon, tout le monde lit des mangas, c'est transgénérationnel. Il y a des librairies spécifiques partout et ce sont des librairies de plusieurs étages. Avec à peu près tous les styles possibles: aventure, policier, science-fiction, robotisé, anticipation, eau de rose, érotique, pornographique... et tout ça dans un même magasin...

magasin mangasUn magasin de mangas et autres idiosyncrasies à Kyoto.

Cette photo représente un magasin spécialisé (un peu trop peut-être) dans le centre de Kyoto. Et pour que vous puissiez vous aussi faire la visite la prochaine fois que vous irez à Kyoto, voici le lien sur Google Street.

Donc, quand vous entrez dans ce magasin, au rez-de-chaussée, tout ressemble à une librairie. Vous trouvez des magazines classiques sur tout et rien, à gauche un rayon Tee-shirts, puis dans le fond des rayonnements de mangas. Comme ce n'est pas le premier magasin de mangas que vous traversez, vous continuez assez vite et vous arrivez au fond du magasin ou vous tombez sur une première surprise: un rayon fringues.

Tiens, mais que peut bien faire ce rayon dans une librairie ? Ce ne sont pas des habits de ville, ni des habits du dimanche... Ce sont des uniformes, des déguisements avec un petit goût de fétichisme surprenant. Trônant au milieu des mangas, un mannequin en taille réduite revêt un uniforme typique d'écolière japonaise: souliers noirs vernis, soquettes blanches, jupe plissée bleu marine, chemisier blanc, veste de collégienne. Oups... Suis-je dans le bon magasin ? Qui achète ça ? Pas de client en vue à part un jeune échevelé à la carrure de sumotori et à la tenue militaire...

Bon, continuons la visite puisqu'il semble y avoir des étages. Au pied de l'escalier roulant, les indications ne sont pas très claires concernant les surprises sur lesquelles on risque de tomber plus haut.

Premier étage: visiblement, ce ne sont que des rayonnements de DVD d'animes, des miliers de DVD...

Deuxième étage: plus l'escalier roulant avance, plus les posters sur les murs deviennent explicites. "Hello Kitty" a bien changé... Certes les posters sont floutés, mais elles ont l'air bien jeunes ces écolières, et leur petit uniforme bleu marine n'est surement pas conseillé pour faire la gymnastique qui semble les rendre si contentes... Tiens, elles font également de la gymnastique en équipe ? Ce n'est pas encore une discipline olympique, pourtant ? C'est peut-être une pub pour les jeux olympiques de Tokyo 2016 ? Visiblement, en arrivant à l'étage, le doute n'est plus permis, les jaquettes ne sont plus floutées. Il ne s'agissait pas d'une pub pour les jeux olympiques. Comme à l'étage du dessous, les rayons sont remplis de DVD où des écolières professionnelles s'atèlent à toutes sortes d'activités de leur jeune âge. Comme aux autres étages, le public est trans-générationnel: ados prépubères, adultes concentrés sur leur recherche du DVD qui va bien, vieillards sans doute égarés dans ce labyrinthe de fétichisme libertaire.

Japanese-style !

Rédigé par J...

Publié dans #général

Commenter cet article

bernard 29/03/2010 08:35


Merci pour ce voyage au Japon.


J... 29/03/2010 23:28


Accroche-toi Bernard ! Une fois qu'on aura passé les banalités, on passera la deuxième ! Et ceux qui suivent prendront le train...