Micromonde de l'espace

Publié le 3 Janvier 2010

"Comme c'est bon, l'été, de s'allonger dans l'herbe moussue à l'ombre d'un grand pin et d'écouter le champ des oiseaux et le bruit des vagues..."

Cette phrase, qui pourrait être extraite d'une chanson d'après-guerre, fait partie de notre inconscient collectif, notre désir profond de ne rien glander. Et pourtant, ceux qui ont essayé de s'allonger dans l'herbe moussue pourront le confirmer: là-bas, en-bas, c'est l'enfer ! Ca n'a rien à voir avec la quiétude insouciante que notre grande taille pourrait laisser soupçonner.  Au ras des paquerettes, sous la corolle des boutons d'or, le monde n'a rien à voir avec une chanson de Charles Trenet. C'est la guerre tous les jours ! Il suffit d'écarter deux brins d'herbe pour le constater:
- une fourmi s'épuise à traîner un bout de feuille 10 fois plus grosse qu'elle, pour protéger l'entrée de son château avant que les termites n'attaquent,
- une araignée suce le sang d'un pauvre moucheron qui s'est écrasé dans sa toile,
- un cloporte hurle à la mort car il a coincé une de ces douze pattes sous un gravillon,
- une coccinelle daltonienne tente désespérément de copuler avec un petit pois sans en trouver l'entrée.

Et c'est comme cela tous les jours. Mais il y a pire !

Il existe dans ce micromonde toutes les traces d'une invasion extra-terrestre rampante ! Mais ça, les ufologues ne le verront jamais car ils passent leur temps à regarder en l'air. En effet, les sous-bois sous les herbes sont infestés d'organismes difformes, des choses indescriptibles aux formes étranges, des symbiotes multi-cellulaires, bref, des monstruosités "from outer space". Et ils ont déjà envahi la plupart des continent de la planète ainsi que le fond des océans. En voici quelques exemples que vous pourriez croiser dans votre jardin si vous n'y prenez pas garde.

Les lichens à trompettes (Cladonia fimbriata)

Tranquillement lovés dans le coin d'une vieille souche de bois pourri, ces lichens prendront un malin plaisir à vous narguer de leurs trompettes dressées. Sachez qu'une fois qu'ils sont installés, il n'y a rien à faire pour les déloger: le gel et la sécheresse les font à peine flétrir. A la moindre goutte de pluie, ils se reproduiront et envahiront tout votre jardin. A ce rythme-là, l'hémisphère nord en sera couvert avant que le réchauffement climatique ait tué tous les hommes. Heureusement qu'on a l'arme atomique !
 

lichen1 zoom3Cladonia fimbriata

 

lichen1 zomomCladonia fimbriata

 

 

lichen1 zoom2Cladonia fimbriata

 

 

lichen1 generalCladonia fimbriata


Les lichens à cornes (Cladonia coniocraea)

Petits frères des lichens à trompette, les lichens à cornes ne traînent jamais bien loin. Tels le Kraken des histoires de marins scandinaves, les lichens à cornes agitent leurs tentacules poisseux dans l'air pour attirer les insectes. Les mouches disent que leur chant mélodieux est semblable à celui des sirènes et que certains bourdons se sont déjà fait avoir. Même les araignées les fuient comme le choléra.

 

 

 

lichen2Cladonia coniocraea


Les champignons coiffés comme Bart Simpson (Clavaire jolie)

Ce dernier champignon, dont vous devrez vous méfier, est aussi connu pour sa malice et son goût de la tromperie. Derrière ses airs fragiles de petite moisissure et ses couleurs saumon-champagne se cache en fait un poison toxique. Moisissure, moisissure... Pourriture, ouais ! Surgissant de sous les feuilles de lierre, il vous bondira au cou et vous étripera de ses crocs acérés. Rien à faire contre la clavaire jolie à partir courir jusqu'à en perdre son souffle !

 

 

 

 

clavaireClavaire jolie
 

 

 

Rédigé par J...

Publié dans #images

Commenter cet article

Clo 06/03/2010 07:45


Génial ton article !!!
Merci pour ce voyage dans ce microcosmos :)